Suite à un changement dans ma vie personnelle (naissance d’un enfant et déménagement), j’ai du revoir totalement mon organisation pour y intégrer une part importante et récurrente de télétravail à domicile. Malgré mon expérience du nomadisme, ce changement n’a pas toujours été si évident. C’est pourquoi je souhaitais partager avec vous mon expérience afin que vous puissiez éviter les erreurs que j’ai commises. Découvrez donc mes conseils pour que l’arrivée du télétravail dans votre vie soit synonyme de succès sur le plan personnel et professionnel.

Du nomadisme au télétravail

Depuis maintenant 2 ans, je conseille au quotidien nos clients et partenaires dans des projets de mise en place de la mobilité au travail notamment à travers des projets de mise en place de dispositifs de télétravail à domicile on en espace de coworking.

Il y a un an, j’apprends à ma grande surprise l’arrivée dans ma vie d’un heureux événement (un bébé). C’est un peu la panique ! Comment faire avec un appartement minuscule, un chien, les transports, … Après mûre réflexion, nous décidons de quitter Paris pour retrouver mon nord adoré (Lille).

Problème de taille : je travaille à Paris…  Comment faire ? Heureusement, j’ai la chance de travailler avec des personnes incroyables, qui veulent changer le monde du travail et sont convaincus qu’il faut s’appliquer à soi même les préceptes que nous essayons de diffuser. On m’accompagne donc dans ce projet de vie.

2 jours à Paris, 3 jours à Lille, cette nouvelle organisation m’a permis de vivre de manière intense et permanente les problématiques de nomadisme et notamment du télétravail à domicile.

En complément de notre publication sur le télétravail et de l’excellent article de Baptiste sur les enseignements de sa semaine de télétravail en coworking à l’étranger, j’avais donc envie de partager avec vous les joies et les désillusions rencontrées en chemin et les quelques conseils que j’ai pu en retirer en espérant qu’ils vous aideront à les éviter.

Conseil N°1 : ne sous-estimez pas les impacts du télétravail

Je dois bien vous avouer qu’au départ, je pensais être assez autonome pour gérer l’éloignement et mon organisation. Cela d’autant plus que de part mon expérience de consultant (4 ans) et mes premiers mois chez Neo-nomade, j’avais déjà beaucoup pratiqué le nomadisme de toutes sortes (hôtel, train, coworking, télétravail gris, télétravail régulier, semaine de télétravail, …). C’était sans compter sur la réalité qui est en fait bien différente des idées qu’on peut s’en faire.

Au début, tout se passe bien. L’euphorie de ma nouvelle vie : je profite de tout, je suis motivé, la vie est belle, je gambade dans ma prairie tel un zèbre retrouvé ! Mais rapidement arrivent les premières difficultés.

Comme dans tout changement majeur, la mise en place du télétravail commence par une nécessaire période d’adaptation.

Conseil N°2 : imposez-vous une routine avant et si possible après votre journée de travail

Je commence à me laisser aller, je suis chez moi donc je me lève 10 minutes avant de commencer, puis 5. Rapidement c’est 5 minutes après, puis 15, puis… il était temps de se recadrer car si ça n’affectait pas ma productivité, ça commençait à affecter mon équilibre personnel.

S’imposer un rythme et une rigueur lorsque l’on est chez soi ce n’est pas facile. Heureusement, Caramel (le chien), est venu à ma rescousse. J’ai décidé de m’imposer une routine : se lever, sortir le chien, se doucher et au travail ! Depuis, les limites sont beaucoup plus claires et mon bien-être s’en ressent.

L’instauration d’une routine facilite le maintient d’un équilibre pro/perso.

Conseil N°3 : installez votre bureau de manière à avoir un bon niveau d’isolement

Je commence à me sentir à l’aise dans ma nouvelle organisation et patatras, ça recommence. Ma compagne, profitant de ma présence, m’interrompt, me demande de l’aide pour les tâches ménagères (je précise qu’en dehors du travail, je m’investis :)).

On estime qu’au bureau, nous sommes dérangés toutes les 15 minutes. Je n’en étais pas très loin et ça ne m’allait pas. Ce n’était malheureusement pas possible pour moi de m’isoler totalement mais je décide de m’isoler partiellement en installant mon bureau dans la mezzanine. Je mets aussi les choses au point avec elle : lorsque je travaille, je travaille. Tant que je ne suis pas descendu, je n’existe pas. Je mets le casque et c’est parti !

Il est important d’expliquer à son entourage qu’une journée de télétravail est une journée de travail à part entière. S’isoler physiquement aide à marque la limite.

Conseil N°4 : adaptez votre organisation pour favoriser le relationnel

Les semaines passent et la démotivation arrive, grandit. Aie ! Je ne comprends pas. J’aime mes collègues, j’aime mon boulot, j’aime mon boss (non, non, je n’en rajoute pas pour avoir une prime) mais ça ne va pas.

Je mets quelques temps pour réaliser que je me sens à part, isolé, que je ne trouve plus ma place dans le collectif. Je me sens complètement en dehors de la dynamique. Comme un consultant qui travaillerait pour plusieurs boites sans pouvoir s’y impliquer. Je perd le sens, je perd le fil.

Un jour l’évidence me frappe, j’ai besoin de la tribu. Lorsque je prends du plaisir dans la vie, c’est toujours au contact de l’humain. J’ai besoin de renouer des liens avec mes collègues et des liens qui s’étendent au delà du travail.

J’ai besoin de partager ma vie avec eux, de connaître la leur, leurs humeurs, leurs doutes, leurs joies, … L’une des motivations essentielles dans le travail, en fait, ce sont les gens !

Je change alors mon organisation et décide d’éviter au maximum le travail individuel lorsque je viens à Paris au profit de l’échange. Mes deux journées parisiennes sont maintenant dédiées à l’échange et à la collaboration. Sur nos projets communs bien sûr, sur la dynamique de l’entreprise aussi, mais surtout sur le ressenti de chacun, nos vies privées, etc…

Je prend mon shot de bonnes ondes avant de retourner travailler dans mon coin. Cet écueil était pour moi le plus important. J’aurais pu, sans le savoir, quitter une boîte dans laquelle je suis très heureux et investi pour une histoire d’organisation.

Adapter son organisation et ses tâches est nécessaire pour privilégier le relationnel et le travail collectif lors des moments de présence au bureau.

Conseil N°5 : Parlez des problèmes pour qu’ils n’en soient plus

Ces 3 écueils passés, je me sens maintenant très bien et équilibré dans ma vie. Je profite de mon job, de mes collègues, de ma vie personnelle et je m’épanoui. Il reste sûrement quelques écueils qui surgiront sur ma route, il y en a surement d’autres que vous rencontrerez et que je n’aurai pas vécus. Le plus important c’est d’être vigilant et de savoir en parler.

Au moindre problème, n’hésitez pas à échanger avec un collègue, un manager, votre famille. Ça vous aidera à prendre du recul et à trouver à la fois les causes et les solutions pour vous permettre de vous épanouir.

In conclusion

Avant de vous laisser, je tiens à insister sur le fait que cet article est un témoignage issu de mon expérience et ne peut tenir compte de vérité générale. J’en tire tout de même trois convictions fortes sur le télétravail.

La première : tout changement aussi important dans l’organisation du travail implique une nécessaire période de flottement et il faut l’accepter. Passé cette période, l’engagement, l’efficacité et le bien-être s’en trouvent renforcés.

La deuxième : les locaux de l’entreprise deviennent un HUB. C’est à dire un espace dédié à la collaboration, au renforcement des liens et de la culture d’entreprise. L’organisation opérationnelle quotidienne doit donc être adaptée dans cette direction.

La dernière : la confiance incroyable que j’ai pu recevoir de mon entourage (responsable, collègues, compagne, …) est la clé de voûte de l’adoption de ce type d’organisation. Sans cette confiance, je n’en serais pas là aujourd’hui.

Merci d’avoir pris le temps de me lire. N’hésitez pas à me faire parvenir vos remarques et questions par l’intermédiaire des commentaires de l’article.  J’engagerai avec plaisir une discussion plus détaillée sur le sujet.

Zèbrement votre,

Hadrien